Approuvé par la communauté de
Logos: Cosmopolitan, Elle Magazine, Glamour, Grazia, GQ
Livraison, retour et étui gratuits
Nous contacter: info@shinywood.fr
1 achetée = 1 planté

Des lunettes au style incomparable pour lutter contre la lumière bleue des écrans

La société industrialisée dans laquelle nous vivons et dans laquelle nous évoluons au quotidien nous ont transformés en « addicts » du numérique, nous nourrissant sans cesse d’informations en tous genres. Cette consommation effrénée, alliée à celle de l’exposition aux lumières artificielles des lampes LED, s’avère être particulièrement nocive à long terme pour les yeux. Les lunettes anti lumière bleue sont d’excellents remparts contre les désagréments causés par cette exposition.

Des lunettes anti lumière bleue pour lutter contre les méfaits de la surexposition des yeux aux écrans, notamment aux ordinateurs

Mesurée en nanomètres, la longueur des ondes est déterminante dans le degré de propagation de l’énergie émise par la lumière.

Le spectre de la lumière se compose de plusieurs éléments : d’une part de la catégorie composée des ultraviolets (UV), qui sont invisibles et très nocifs, contribuant pour beaucoup à causer des problèmes de cataractes ; d’autre part de la lumière bleue (autrement appelée Haute Energie Visible) qui se compose pour sa part de bleu-violet (nocif, étant la cause directe de la maladie de la dégénérescence maculaire liée à l’âge) et de bleu-turquoise (issu de la lumière naturelle du soleil, quant à elle bienfaisante puisque favorisant les cycles du sommeil, la concentration et la capacité de mémorisation de l’individu) ; enfin du restant de la lumière visible à l’œil humain et s’étendant de la couleur verte à la couleur rouge, jaune ou encore orange.

La lumière bleue est ainsi une lumière visible par l’œil humain. Elle constitue une partie du spectre de la lumière, dont les longueurs d’onde émises sont comprises entre 380 et 500 nanomètres (un nanomètre correspondant à un milliardième de mètres), soit un nombre inférieur à celui émis par la lumière naturelle du soleil. Sa longueur d’ondes étant faible, cela a pour conséquence d’augmenter la quantité d’énergie qu’elle produit. Cette lumière bleue est la lumière visible à l’œil nu qui émet la plus haute énergie : elle est à haute énergie visible (HEV).

Ce type de lumière fait partie intégrante de notre environnement et se retrouve partout : via la lumière naturelle produite par le soleil (bénéfique pour notre organisme, la lumière bleue du ciel étant provoquée par une collision entre la lumière bleue et les molécules présentes dans l’air) ou via la lumière artificielle produite par les LEDs (abréviation anglaise pour signifier « diodes électroluminescentes ») issues de l’utilisation de tous nos appareils électroniques (écrans d’ordinateurs, de smartphones, de téléviseurs et de tablettes), mais également via l’utilisation de lampes fluorescentes à faible consommation d’énergie ainsi que des lumières DEL.

Ainsi, les appareils numériques sont pour la majeure partie dotés d’une technologie d’éclairage à DEL qui permet de rendre meilleures la clarté et la brillance de l’écran mais qui en contrepartie de cet attrait numérique répand d’importantes ondes de lumière, exposant tous leurs utilisateurs aux risques de la lumière bleue.

Dès le plus jeune âge, les enfants sont exposés à cette lumière, qu’ils le veuillent ou non. L’évolution de la société est telle qu’une majeure partie de la population a aujourd’hui accès à un ordinateur et à d’autres outils informatiques, comme les smartphones par exemple.
La plupart des foyers sont dotés de plusieurs écrans, ordinateurs, téléviseurs et tablettes inclus.

L’utilisation massive des appareils numériques fait partie intégrante de notre quotidien. En moyenne, les français passent plus de six heures par jour devant un écran, quel qu’il soit. Que ce soit dans le cadre professionnel ou dans nos loisirs, les écrans sont partout.

Ainsi, la population française a une consommation de plus en plus excessive face à ces outils informatiques et ce problème touche toute la population. Les adolescents sont très exposés à cette consommation puisque 30% des 16-24 ans passent huit heures par jour devant un écran.

De la même manière, 87% des jeunes âgés de 12 à 17 ans indiquaient en 2015 posséder un smartphone, contre 59% en 2014, ce qui constitue quasiment le double en seulement une année de temps.

Enfin, concernant les enfants, il est précisé au travers de nombreuses études et statistiques que ceux qui sont nés aujourd’hui auront passés une année entière devant un écran lorsqu’ils auront atteint l’âge de 7 ans et pas moins de 18 ans lorsqu’ils auront atteint leurs 80 années.

Les plus exposés sont évidemment les personnes qui passent le plus de temps devant des écrans, notamment dans le cadre de leur activité professionnelle et qui utilisent deux écrans à la fois (un très grand nombre de personnes indiquent utiliser plusieurs écrans en même temps comme par exemple un écran de télévision accompagné d’un smartphone).

Mais les plus exposés sont également les jeunes enfants car contrairement aux adultes qui possèdent un cristallin dont la couleur tend vers le jaune, ces jeunes enfants ont un cristallin transparent qui filtre moins bien la lumière bleue, ce qui signifie qu’ils sont davantage exposés à des complications oculaires en grandissant.

C’est pourquoi l’utilisation précoce de ces types d’appareils est pour beaucoup dans les dommages causés sur les yeux par la lumière bleue. En effet, contrairement à la lumière bleue naturelle issue de la lumière du soleil, porteuse de bienfaits pour l’organisme humain tels que hausse du sentiment de bien-être et vigilance accrue, la lumière bleue produite par l’utilisation de ces différents écrans est plus riche, et donc plus dommageable sur le long terme pour les yeux, que la lumière du soleil.

La raison pour laquelle la lumière bleue est dangereuse pour la santé oculaire réside dans le fait que cette dernière, composée d’une partie non filtrée, pénètre dans les yeux pour atteindre la partie centrale de la rétine, appelée « macula ». Or cette partie centrale régente la quasi-totalité des informations visuelles que notre œil reçoit au quotidien. De ce fait, le danger est que la partie de la lumière bleue non filtrée endommage cette « macula », ce qui causerait sur le long terme de graves conséquences.

Les effets nocifs d’une exposition excessive à ce type de lumière sont pluriels. Tout d’abord sur le court terme la lumière bleue peut entraîner une sensation de fatigue chronique et une sécheresse oculaire. De même la lumière bleue est par nature éblouissante, ce qui entraîne une sensation générale d’inconfort accompagnée de maux de tête plus ou moins sévères selon les personnes. Les yeux peuvent même se mettre à larmoyer et la vision peut devenir floue à mesure que les heures se consument devant l’écran.
Sur le long terme, les complications en matière de vue sont plus importantes et la rétine peut être sévèrement touchée. En effet, la lumière bleue peut être à la fois source de troubles du sommeil, de troubles de l’humeur et d’irritabilité en général (surtout si les écrans sont utilisés jusqu’à une heure tardive, ces dommages étant causés par un dérèglement du rythme cicardien). L’utilisateur peut même parfois ressentir une sensation de dépression.

Selon une étude réalisée par le Professeur Paul GRINGAS, médecin à l’hôpital Evelina à Londres, parue dans la revue « In Frontiers Public Heart », la lumière bleue produite par les écrans perturbe réellement la production de mélatonine dans l’organisme. Cette substance, créée à la fin de la journée et destinée à permettre un endormissement adapté, est déréglée du fait de l’utilisation tardive des appareils électroniques. De cette manière, l’étude a montré que les personnes qui exposaient leurs yeux à des écrans en fin de soirée ou pendant la nuit pouvaient perturber leur cycle de sommeil et retarder leur endormissement d’une heure.

En outre, chez un grand nombre de personnes, cette exposition peut être facteur de l’apparition du syndrome de dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) pouvant entraîner de la cécité. La DMLA constitue un véritable enjeu dans la société industrialisée actuelle puisque cette maladie des yeux concernerait plus d’un million de personnes en France.
Cette maladie constitue ainsi la première cause de malvoyance et de cécité chez l’adulte dans les sociétés industrialisées modernes. Un grand nombre de personnes atteintes par cette maladie ne se sont pas faites diagnostiquées à temps et n’ont pas adopté une protection adaptée pour leurs yeux, continuant à utiliser les écrans et les ordinateurs de manière journalière, exposant ainsi leurs rétines à un afflux abusif de lumière bleue. La prééminence de constats de DMLA augmente en fonction de l’âge. Pour autant il est nécessaire de traiter cette problématique le plus tôt possible grâce à des lunettes anti lumière bleue filtrantes adaptées.

Dans la majeure partie des cas, une utilisation excessive d’écrans entraîne une fatigue visuelle importante. Or la fatigue visuelle constitue une problématique importante dans nos sociétés modernes : elle peut entraîner une baisse de vigilance et d’apprentissage, notamment dans le cadre scolaire ou professionnel.
Cette fatigue s’accompagne souvent de maux de tête et de douleurs physiques. Les dommages rétiniens sont nombreux. Nous sommes aujourd’hui tous concernés par les méfaits causés par cette lumière bleue artificielle issue directement de notre environnement numérique.

Mais n’oublions tout de même pas les autres types de lumière, comme la lumière des ampoules LED par exemple. Ainsi, en 2005, l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) a sollicité que soit étudié de manière approfondie le spectre des risques potentiels liés à l’utilisation de ces nouveaux dispositifs en relation avec les systèmes d’éclairage utilisant des LED.
En 2010, cette même agence avait rendu un premier rapport sur le sujet mettant en avant le fait que « nos cellules possèdent des mécanismes de réparation qui permettent sans doute de corriger en partie les lésions induites par les LED. Mais nous avons un capital lumière, comme notre peau possède un capital soleil. On peut se demander si nos ampoules domestiques ne favorisent pas son épuisement précoce, et ainsi l’évolution vers la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) ».

Des lunettes anti lumière bleue pour protéger avec style tes yeux des écrans

Si l’évolution technologique est sans cesse plus puissante à mesure que passent les années, les solutions pour contrer les méfaits causés par l’utilisation excessive de cette technologie évoluent elles-mêmes très rapidement. C’est pourquoi les lunettes filtrantes anti lumière bleue constituent une solution à part entière contre les dégâts causés par cette absorption oculaire de lumière nocive et artificielle.

Afin d’éviter les dommages liés à l’exposition de tes yeux à la lumière bleue, et en vue de prévenir les complications pouvant en découler, il est primordial de bien protéger tes yeux à tout moment de l’année.

Nos lunettes anti lumière bleue sont dotées de verres de protection UV400 traitées de manière à permettre de filtrer la lumière bleue, sans interruption.
Tes yeux sont ainsi protégés des risques de la lumière bleue artificielle de tous les écrans. Ces lunettes t’apporteront également un confort visuel allié à un style écolo-chic unique. Grâce à ces lunettes, tu n’as plus à te soucier des désagréments pouvant apparaître suite à une exposition trop longue et de ce fait tu es beaucoup plus libre de vaquer à tes occupations favorites sans crainte.

Les lunettes anti lumière bleue pour écrans (notamment écrans d’ordinateurs) permettent aux yeux de bénéficier d’une couche protectrice entre la rétine et la lumière elle-même. Les verres de ces types de lunettes offrent un traitement filtrant qui protège l’œil des longueurs d’ondes lumineuses toxiques. Tout en conservant les bienfaits apportés par la lumière bleue naturelle, ces verres font barrage aux dégâts de ces ondes présentes dans notre quotidien, en reflétant une partie de la lumière bleue nocive envoyée par les sources non-naturelles de lumière comme celles issues des écrans. Les cellules rétiniennes sont ainsi protégées et les yeux sensibles sont immédiatement soulagés des heures passées devant les écrans. Adieu les maux de têtes et autres soucis liés à l’utilisation de la technologie.

Composées de bois et de bambou, nos lunettes anti lumière bleue sont respectueuses de l’environnement. L’engagement et l’éthique de Shinywood est de permettre de t’apporter une protection oculaire au quotidien tout en t’offrant un style inimitable. Nos paires sont toutes uniques et de qualité, au design soigné. Les verres répondent parfaitement aux normes européennes en vigueur. Les matériaux utilisés pour leur conception sont composés de bois issus de forêts gérées de manière écologique et non intrusives dans l’éco-système.

Opter pour les lunettes anti lumière bleue Shinywood c’est aussi faire partie intégrante d’un projet dans sa globalité, un projet de respect de la nature, d’éco-responsabilité ainsi que de défense de l’éco diversité. Nous allons également beaucoup plus loin dans notre désir de montrer notre attachement à la nature : nous plantons un arbre pour chaque paire de lunettes vendue. Tes lunettes deviennent ainsi un véritable bijou de nature, de grande qualité et d’une résistance à toute épreuve.

Parce que le style et la qualité sont importants, optez pour ces lunettes anti lumière bleue de style écolo-chic apporteront confort et protection à tes yeux. Les lunettes Shinywood créent un barrage à tous les rayons UV ainsi qu’aux rayons nocifs issus du spectre de la lumière bleue.
Tes yeux sont ainsi considérablement soulagés et moins secs sur la durée. Ces lunettes anti lumière bleue s’adressent à toute personne passant plusieurs heures par jour devant un écran (smartphone compris) et exposée à la lumière des LEDs, donc en pratique un très grand nombre de personnes. Pour celles connaissant des antécédents familiaux de DMLA, ces lunettes sont très fortement conseillées.

L’omniprésence des écrans est une réalité dans la société moderne et force est de constater qu’il est très difficile d’en limiter l’usage. De ce fait, la meilleure manière de palier aux désagréments et conséquences néfastes de la présence de la lumière bleue produite par ces outils du quotidien est de se munir de lunettes anti lumière bleue, conçues expressément pour contrer les risques. Que ce soit pour nous ou pour nos enfants il est primordial d’adopter de bons réflexes et de protéger nos yeux afin de les préserver sur le long terme.

Les lunettes Shinywood offrent les garanties techniques anti lumière bleue en corrigeant la vision et en apportant confort visuel et modernité au regard. Ces lunettes anti lumière bleue sont conseillées pour toute personne ayant un contact prolongé avec les appareils numériques mais aussi avec la lumière du soleil et les lumières LEDs, et plus particulièrement pour les jeunes enfants et les personnes ayant des antécédents familiaux de dégénérescence maculaire liée à l’âge.